Qui

SOMMES
NOUS ?

Le réseau fraternel évangélique français

Le Réseau Fraternel Évangélique Français (Réseau FEF) fédère environ 20% des Églises protestantes évangéliques françaises et constitue l’un des 4 pôles d’unions d’Églises du Conseil National des Évangéliques de France (CNEF).

 

NOTRE RAISON D’ÊTRE

Au service de ses unions membres et en collaboration avec le Conseil National des Évangéliques de France dont il est membre, la raison d’être du Réseau FEF est de faire vivre notre réseau pour le progrès de l’Évangile en France.

NOS 3 MISSIONS

Connecter

Nous connectons les unions membres du Réseau FEF autour d’une vision théologique partagée pour encourager l’entraide mutuelle et le partage de ressources.

Collaborer

Nous favorisons la collaboration entre acteurs clés du réseau pour mieux répondre aux problématiques actuelles de nos Églises et contribuer au progrès de l’Évangile en France.

Contribuer

Nous contribuons activement au développement du Conseil National des Évangéliques de France (CNEF) dont nous avons été l’un des moteurs à sa création en 2010.

Notre HISTOIRE

Dans les années 1960, lors des rencontres du Centre Évangélique d’Information et d’Action (CEIA) à Nogent ­sur ­Marne, plusieurs responsables ont exprimé leur désir de créer une association regroupant les Églises évangéliques de France. La nécessité d’affirmer les vérités bibliques communes et d’être représenté auprès des autorités est clairement apparue. 

En 1969, est née la Fédération Évangélique de France (FEF). Sa mission était alors de chercher à représenter le mouvement évangélique, en parallèle du travail de l’Alliance Évangélique Française et en complément de la Fédération Protestante de France dans laquelle peu d’Églises évangéliques se reconnaissaient.

La Fédération Évangélique de France (FEF) est devenu progressivement un interlocuteur privilégié auprès des ministères de l’Intérieur et des Affaires Étrangères, notamment pour l’obtention de visas.

Sa confession de foi se situant dans un courant évangélique « classique » lui a permis de rassembler un peu plus de 20 % du protestantisme évangélique français. Soucieuse de permettre au monde évangélique français d’être plus visible, elle s’est associée à l’Alliance Évangélique Française et aux Assemblées de Dieu (principale dénomination pentecôtiste) pour créer le Conseil National des Évangéliques de France (CNEF).

Dès janvier 2001, un rapprochement historique a eu lieu entre évangéliques devenant progressivement le CNEF. Dans une optique de clarté par rapport au CNEF, il a été décidé lors de l’Assemblée Générale de la FEF de 2010 de changer d’intitulé pour devenir le Réseau FEF (Réseau Fraternel Évangélique Français).

Suite à la création officielle du CNEF en juin 2010, plusieurs missions du Réseau FEF ont été transférées au CNEF, comme l’annuaire évangélique, la représentation auprès des autorités, les relations aux médias et le service juridique.

Le Réseau FEF cherche désormais à être une force de proposition constructive au sein du CNEF, mais aussi une plate­forme de collaboration plus étroite avec ses 12 Unions d’Églises pour contribuer au progrès de l’Évangile.

 

Notre IDENTITÉ THÉOLOGIQUE

1 – Les membres du Réseau FEF confessent l’inspiration plénière de la Bible et veulent se soumettre à son autorité infaillible, dans le respect de sa diversité interne et du contexte historique de la révélation. Les énoncés bibliques compris selon l’intention des auteurs font pleinement autorité. Ils adhèrent à la foi chrétienne historique, définie dans le Symbole dit des Apôtres, les définitions christologiques et trinitaires de l’Église ancienne et les grands principes de la Réforme. Ils reconnaissent cependant une légitime diversité de points de vue sur des sujets de moindre importance.

2 – Le Réseau FEF regroupe des Églises protestantes évangéliques de type professant qui croient et enseignent que l’on devient chrétien en répondant positivement et personnellement à l’offre de salut en Jésus-Christ. Le baptême de croyants témoigne de la foi en Dieu et de l’engagement à rechercher la sanctification, dans la communion et la consécration au sein de l’Église. Les membres du Réseau FEF ont à cœur de communiquer l’Évangile de Jésus-Christ, seule source de salut, comme une offre spirituelle universelle dans le respect de la liberté de chacun.

3 – Les membres du Réseau FEF prônent une éthique chrétienne découlant des principes bibliques et qui concerne la vie tout autant personnelle qu’ecclésiale et sociale. Cette éthique s’enracine dans le motif scripturaire fondamental de la création, de la chute et de la rédemption accomplie par Jésus-Christ et appliquée au croyant pour sa sanctification par le Saint-Esprit. Les membres du Réseau FEF trouvent dans l’enseignement de la Bible les fondements de leur réflexion éthique et les normes de leurs pratiques.

4 – Les membres du Réseau FEF croient à la primauté de l’Écriture sur l’expérience. Ils valorisent l’exercice des différents ministères et services en rapport avec les dons communiqués par l’Esprit. Ils les considèrent inséparables de la manifestation des fruits de l’Esprit. Le baptême dans le Saint-Esprit est indissociable de la nouvelle naissance qui se traduit par la recherche de la sainteté, l’amour pour le Seigneur et le prochain. La plénitude du Saint-Esprit découle de la foi et de l’obéissance à la Parole de Dieu. L’œuvre de l’Esprit ne s’accompagne pas nécessairement de manifestations extraordinaires. Les membres du Réseau FEF souhaitent promouvoir une spiritualité vivante, centrée sur le Dieu trinitaire, qui recherche l’équilibre entre la raison et les émotions, la doctrine et la pratique.

5 – Les membres du Réseau FEF reconnaissent que de nombreux chrétiens partagent tout ou partie de ces convictions et souhaitent entretenir des relations empreintes de respect mutuel avec des institutions ou des personnes qui ne les partagent pas. Ils considèrent toutefois que l’Écriture nous demande d’éviter de nous lier à toute Église ou organisme qui, tout en se présentant comme chrétiens, admettraient en leur sein des prises de position ou des pratiques contraires à l’Écriture sur des points de doctrine essentiels ou des questions d’éthique fondamentales .

Retour en haut