Les théologiens du R-FEF déclinent notre confession de foi de manière pratique

Nous croyons…et alors ?

La Confession de foi du Réseau FEF est un véritable trait d’union entre nos unions d’Église. Elle donne un socle commun qui facilite la réflexion théologique, la mutualisation de services ou la collaboration à l’échelle nationale, régionale et locale.  Nous constatons pourtant qu’elle est encore peu connue de nos Églises, et donc peu vécue. Même si de nombreuses assemblées l’utilisent dans leurs documents officiels, rares sont ceux qui ont pris le temps de l’étudier et de la considérer dans sa pertinence pour la vie pratique de l’Église.

Une confession de foi comme celle du Réseau FEF est une tentative de présenter les réalités essentielles de la foi chrétienne reçue en dépôt au travers de l’enseignement de la Bible. Cette confession de foi n’est pas LA seule bonne manière de dire les choses, mais une tentative commune de dire ces vérités essentielles. C’est pour nous faire réfléchir aux implications de cette foi chrétienne que le Comité théologique, aidé par des théologiens du Réseau FEF, a travaillé sur cette série d’articles “Nous croyons… et alors ?”.

Sommaire


La nécessiter de définir nos croyances

Les chrétiens se présentent parfois comme des « croyants ». Mais quel est le contenu de cette croyance ? La réponse à cette question est un peu plus complexe qu’elle n’y paraît de prime abord. Il n’est pas si facile de dire en quelques mots le contenu de sa foi, même s’il serait bon que chaque chrétien puisse rapidement l’expliquer, et ce pour plusieurs raisons. 

D’abord, parce que notre foi n’est pas irrationnelle : il est possible de l’expliquer et d’en rendre compte. C’est ainsi que d’autres peuvent comprendre ce que nous croyons et potentiellement, avec l’action de l’Esprit, y adhérer à leur tour. 

Deuxièmement, la « croyance » chrétienne n’est pas juste « une foi » en Dieu. Les musulmans, les juifs, les témoins de Jéhovah, et bien d’autres aussi croient en Dieu. Bien des éléments distinguent les chrétiens des autres croyants. La foi chrétienne est donc plus que le simple fait de « croire en Dieu », elle consiste en un certain nombre d’autres affirmations précises.

Mes frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée, que vous avez reçue et à laquelle vous demeurez attachés. C’est par elle que vous êtes sauvés si vous la retenez telle que je vous l’ai annoncée ; autrement vous auriez cru en vain. Je vous ai transmis, comme un enseignement de première importance, ce que j’avais moi-même reçu : le Christ est mort pour nos péchés, conformément aux Écritures ; il a été mis au tombeau, il est ressuscité le troisième jour, comme l’avaient annoncé les Écritures.

1 Corinthiens 15.1-4

Ce qui est cru, ce n’est pas quelque chose que les chrétiens inventent, mais c’est, pour reprendre l’expression de Jude, « la foi transmise aux saints une fois pour toutes » (verset 3). Et cette foi, le chrétien doit « la recevoir, [se] l’approprier, l’enseigner, l’expliquer, en montrant son harmonie, sa cohérence, sa logique et sa pertinence à chaque génération». C’est tout le sens du Credo que les chrétiens apprenaient par cœur. Ils pouvaient ainsi, en quelques phrases, affirmer leur foi de manière synthétique.

Comment a été réalisé le travail de déclinaison ?

Le 17 juin 2022, les théologiens du Réseau FEF ont été invités par le Comité théologique à vivre une soirée ensemble pour remettre la Confession de foi à l’honneur, en cherchant à la rendre plus concrète. La soirée a débuté avec une intervention sur l’articulation entre la doctrine et la vie chrétienne, du Dr Kevin Vanhoozer, dont vous trouverez la retranscription ici.

Suite à cette première soirée, cinq groupes, coordonnés par les membres du Comité théologique, ont travaillé sur les applications concrètes de la Confession de foi. Les notes de ses réflexions ont par la suite été reprises et mises en forme par chacun des coordinateurs. Ces notes ont ensuite été complétées par quelques apports que nous espérons utiles aux Églises. Ainsi, si le Comité théologique a porté ce projet, nous tenons ici à exprimer notre gratitude à tous les participants. 

La seconde partie des articles a été quant à elle construite avec les membres du Comité théologique et quelques autres théologiens, dont les noms sont mentionnés au début de chaque partie.

L'actualité du Réseau FEF

à portée de main

Retour en haut